Élections communales 2012      FR   NL

Un plan propreté : sensibilisation (y compris dans les écoles), actions (encore plus d'agents, un meilleur matériel) et sanctions (amendes administratives). Augmenter le nombre de poubelles dans les rues et jardins publics.

Saint-Gilles, enfin propre

La commune de Saint-Gilles est une commune très dense en termes d’habitants au mètre carré. Dans certains quartiers, les problèmes de propreté des voiries et des trottoirs sont constants, et ce malgré l’augmentation du nombre d’agents « propreté » et d’opérations en tout genre. Ecolo-Groen déplore la politique actuelle menée par le Collège en la matière. En effet, le ramassage systématique des détritus n’amène aucun changement dans les comportements des individus puisqu’en amont, la sensibilisation aux questions de propreté fait cruellement défaut et qu’en aval, les sanctions de ces comportements inciviques sont quasi inexistantes. De plus, ce système est énergivore pour le personnel communal et très coûteux pour les contribuables.

Ecolo-Groen veut repenser la politique en matière de propreté à Saint-Gilles afin de rendre la commune plus accueillante pour ses habitants. Persuadé qu’un espace public propre améliore le sentiment de bien-être et de convivialité, nous prônons une approche globale de cette problématique, déclinée en trois axes : préventif, proactif et répressif.

Sensibiliser et faire participer les habitants

• Créer une valise pédagogique à l’attention de toutes les écoles de la commune, adaptée en fonction des âges en vue de sensibiliser les enfants dès la maternelle à cette thématique. Des jeux et promenades autour du thème du tri des déchets permettraient également aux enfants de s’approprier très concrètement le sujet. Un concours pourrait être lancé à partir des écoles pour améliorer la propreté des quartiers où sont situées celles-ci.
• Profiter du dynamisme artistique de la commune en proposant des ateliers artistiques autour de la notion de récupération.
• Organiser régulièrement des réunions de quartier en collaboration avec le service propreté de la commune en vue de rappeler les règles applicables en matière de tri des déchets et de propreté. Ces réunions seraient également l’occasion de récolter des propositions des habitants pour améliorer la propreté dans leur quartier.
• Améliorer le projet « Ambassadeurs de la propreté » en développant un véritable système d’appel à projets citoyens en vue de faire émerger des idées ou des initiatives citoyennes visant l’amélioration de la propreté dans les quartiers. Cet appel serait soutenu méthodologiquement et financièrement par l'administration communale. Il serait mis en place une fois par an.
• Donner une brochure explicative des règles et usages en matière de propreté et de récolte des déchets à toute personne s’inscrivant à la commune. Proposer cette information en différentes langues afin d’informer au mieux les personnes qui éprouvent des difficultés à comprendre/lire nos langues nationales.
• Mettre en place régulièrement des actions « toutes boîtes » informant les habitants des dispositifs existants en matière de collecte de déchets, de numéro vert et de sanctions en cas de non respect.
• Mettre en ligne un site « éco-citoyen ». Ce site, à destination des habitants, les informerait sur toutes les initiatives de la commune en matière d’environnement, de propreté, de récolte des déchets, de compostage, de tri sélectif, etc. et récolterait également leurs suggestions et avis.

Améliorer le nettoyage des rues et le maintien de la propreté

• Créer un véritable échevinat de la propreté.
• Dresser une cartographie des points noirs de la commune pour comprendre le phénomène en vue d’agir au mieux contre celui-ci. Pour réaliser cet état des lieux, profiter de la connaissance des habitants en mettant en place des méthodes de diagnostic participative, comme des diagnostic « marchants » qui permettent de mettre en lien différents acteurs.
• Se servir de cet état des lieux pour répartir au mieux les efforts de nettoyage.
• Donner un statut et une visibilité renforcée aux agents de la propreté et en leur permettant d’effectuer leur travail plus aisément avec des outils efficaces (« Glouton », chariot maniable, etc.)
• Développer un système d’urinoirs et de toilettes publiques.
• Augmenter le nombre de poubelles dans les rues et les parcs.
• Privilégier autant que possible les poubelles sélectives et de bulles à verre enterrées (qui bénéficieraient systématiquement d’une poubelle sélective adjacente).
• Augmenter les bulles à vêtements et les vestiaires sociaux.
• Proposer des lieux de tags aux grapheurs et profiter par exemple des événements culturels comme le parcours d’artistes pour créer un concours photos ou peintures des meilleurs graffs.
• Augmenter les opérations « rues propres ».
• Multiplier les points de collecte des déchets de jardins, des piles, ampoules, médicaments périmé, déchets toxiques (dans les grandes surfaces et les magasins par exemple).
• Amplifier encore la politique communale de mise en place de composts collectifs et mettre en place des séances d’initiation au compost.
• Favoriser la délivrance de sacs en papiers chez les commerçants et sensibiliser les commerçants à ne plus donner systématiquement des sachets.
• Multiplier les canisites et la distribution de sacs à déjection canine.
• Réaménager et ouvrir de manière permanente la déchetterie communale de la rue de Bosnie, actuellement utilisée comme garage communal.
• Mettre en place une ressourcerie ou « donnerie » d’économie sociale pour favoriser la réutilisation des encombrants ou déchets.
• Pérenniser le service communal de prêt de matériel permettant de réduire les déchets (ex : broyeur végétaux).
• Créer un pigeonnier contraceptif afin de limiter le nombre de pigeons (stérilisation de ceux-ci par des méthodes préconisées par les associations de protection animale).
• Mettre en place des fontaines d’eau en « dur » dans chaque école de la commune, afin de réduire le nombre de déchets (berlingots, bouteilles en pastique, etc.) et s’assurer de leur bon fonctionnement par un entretien régulier.
• Veiller à la cohérence des différentes compétences liées à la propreté, afin de ne pas « oublier » le nettoyage des certains espaces comme les espaces verts.
• Prise en compte des problèmes spécifiques à certains types de population, particulièrement les personnes possédant des logements exigus.

Une meilleure réaction au service de plus de propreté

• Améliorer l’efficience du règlement communal relatif aux incivilités de type environnemental ou liées à la propreté et l’accompagner d’un mécanisme plus efficace d’amendes administratives et de remise en état des lieux.
• Déployer du personnel en plus grand nombre spécifiquement formé pour traquer les déchets clandestins, tags, affichage sauvage, déjections canines, poubelles non conformes aux normes de Bruxelles propreté, pour mettre en place des médiations avec les habitants.
• Mettre en place des équipes mixtes (police locale et agents communaux) chargées, quartier par quartier, de veiller au respect de la propreté en entamant un dialogue avec les habitants et également en levant des taxes à l’encontre des comportements inciviques (amendes administratives, actions de prise en flagrant délit).
• Créer une cellule de policiers formés au droit à l’environnement, chargés de développer une stratégie globale de répression de ces incivilités et de la délinquance environnementale dans chaque zone de police.



Télécharger le chapitre complet "un territoire où il fait mieux vivre" (logement, mobilité, environnement, propreté)

 

Retournez à la page précédente