L’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications) a lancé, le 24 mars dernier, une consultation publique en vue d’octroyer des droits d’utilisation provisoires permettant le déploiement de la 5G (5e génération des normes de la téléphonie mobile) sur l’ensemble du territoire belge. Cette enquête publique se termine ce 24 avril (elle a té un peu prolongée). En faisant le forcing pour l’introduction de la 5G en Belgique en cette période de confinement, tout en ignorant les conséquences écologiques, sanitaires et sociétales qui s’ensuivront, l’IBPT menace la santé de la population et nie les principes fondamentaux de la démocratie.
Nous regrettons la technicité de cette enquête, illisible pour les citoyens. Nous nous étonnons notamment de l’absence d’éléments relatifs aux incidences environnementales, au respect de la vie privée et à la protection des données.

Pour Ecolo, le sujet exige un débat sociétal et pas seulement technique. De nombreux habitants s’inquiètent de l’impact des ondes sur la santé, il faut pouvoir apporter des réponses précises à leurs questions légitimes.
Nous déplorons en outre le manque de publicité donné à cette enquête et l’absence de documentation pertinente nécessaire à toute enquête publique. Nous soulignons, en outre, que cette enquête de l’IBPT intervient à un moment où les efforts de chacun sont tournés entièrement vers la lutte contre le Covid-19 et que le moment de cette consultation est particulièrement inapproprié. Nous nous inquiétons et déplorons l’absence d’évaluation préalable des incidences qui aurait dû être organisée avant qu’un tel programme de développement de cette nouvelle technologie ne puisse être décidé.
La démarche en cours ne nous semble pas compatible avec ces objectifs légitimes et les préoccupations majeures qu’ils sous-tendent et plus globalement avec l’intérêt général.

Nous demandons que cette consultation soit annulée et qu’un débat participatif soit organisé par le Fédéral, à qui la compétence d’octroyer les droits d’utilisation échoit. Ce débat devrait être envisagé en concertation avec les entités fédérées, les communes et les citoyens, lorsque les conditions sanitaires le permettront. Il devra porter tant sur les impacts sanitaires et environnementaux de la 5G que sur l’opportunité de développer ce type de technologies.
Dans l’attente de ce débat, nous demandons qu’un moratoire soit décrété quant à l’installation de la 5G et que le principe de précaution adopté par l’Union européenne en 2005 prévale en toute circonstance.

C’est pourquoi nous vous invitons d’ici ce 24 avril à lire l’avis envoyé à l’IBPT par le collectif “Stop5G” et à suivre l’appel du collectif Stop5G.be qui suggère de répondre à cette enquête publique pour manifester votre désaccord et votre indignation : http://stop5g.be/…/IBPT-consultation-publique-21avril2020.h…

Share This