Au croisement de la rue Théodore Verhaegen et de la chaussée de Forest se trouve la place Bethléem

L’école communale n°4 se dresse sur la place Bethléem au croisement de la rue de Danemark et de la Chaussée de Forest et couvre approximativement l’emplacement de l’ancien château-ferme dit de Bethléem. On ignore la date exacte de la construction du château-ferme. Il faut attendre le XVIe siècle pour qu’apparaissent les premières informations (cartes et plans).

Le château-ferme était constitué de divers bâtiments juxtaposés en quadrilatère et comprenait entre autres un bâtiment principal surmonté d’une tour, un colombier, des granges, une petite maison appelée le chenil (het hondekot), une petite infirmerie (sieckenhuys) et un jardin intérieur (binnenhof) emmuraillé et pourvu d’eau. A côte de ce jardin, se trouvait une autre basse-cour (neerhof). Au milieu de la basse-cour, une fontaine approvisionnait les occupants. L’eau de la fontaine provenait de réservoirs (ontfangers) édifiés dans une parcelle appartenant au domaine du château-ferme, située au-delà de l’actuelle chaussée de Forest. A côté du binnenhof, il y avait un étang plus modeste, une prairie et un petit bois.
Le château-ferme de Bethléem fût vendu en 1721. La grange fût aménagée en auberge-cabaret à l’enseigne « Bethléem ». L’auberge passera entre les mains de divers propriétaires jusqu’à la fin du XIXe siècle. En 1837, le château-ferme fût divisé en neuf parcelles d’habitations d’inégale grandeur.

Le château-ferme est progressivement démoli de 1884 à 1894, en vue de la construction probable d’une école gardienne et primaire. Ce n’est seulement qu’en 1898 que le conseil communal décida la construction de l’école communale n°4 qui fût finalement inaugurée en 1905.

Outre l’école communale n°4, la place Bethléem est connue pour être un lieu de rendez-vous et de rencontres multiculturelles autour de ces cafés et de ces restos “Petits os”. La place invite et incite les gens à se parler. Une fête multiculturelle est organisée chaque printemps (cette année le 26 mai) . En été, de multiples spectacles sont organisés et les restaurants grecs attirent des clients venus de tous les horizons de Bruxelles.

(Sources Inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale, A. Guillaume et M. Meganck, Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles, n°13 Saint-Gilles, Direction des Monuments et des Sites, Bruxelles, 2004, pp.57-59)

Share This