Une commune amie des enfants

Programme communal 2018

Les premières années de la vie d’un enfant sont cruciales pour son avenir. La commune de Saint-Gilles doit veiller à ce que ceux-ci grandissent dans les meilleures conditions possibles. S’il faut trouver des solutions pour “garder” et “occuper” les enfants (crèches, stages extrascolaires, …), l’ambition doit être de favoriser l’émancipation et l’autonomie des adultes de demain, à un âge où les inégalités sociales s’avèrent déjà déterminantes (par ex : la fréquentation d’un milieu d’accueil a un impact décisif sur les résultats scolaires). Au-delà d’une commune”enfants admis”, Saint-Gilles doit être une commune “amie des enfants”, qui veille à leur bien-être et leur bonheur.

Petite enfance

Chaque quartier doit pouvoir bénéficier d’une structure d’accueil de qualité pour les plus petits. Ces structures ne peuvent être réservées seulement aux parents qui disposent de ressources financières suffisantes et aux parents qui travaillent. Elles doivent être accessibles à tous les publics, quelles que soient les situations sociales et professionnelles. Depuis 2012, 200 places supplémentaires ont été créées mais cela ne suffit pas : le taux de couverture reste complètement insuffisant sur Saint-Gilles. Si le projet de méga-crèche (149 places sur l’ancien site de l’ECAM) a obtenu un financement pour les infrastructures, le collège des bourgmestre et échevins n’a, à l’heure actuelle, aucune assurance de recevoir les subsides pour son fonctionnement.

Les quartiers de notre commune doivent également être pensés en fonction des plus petits : davantage de plaines de jeux, de rues et d’espaces publics «amis des enfants» sont nécessaires.

 

Nos propositions

  • Augmenter le rythme de création de places d’accueil de la petite enfance dans le réseau des «crèches de Saint-Gilles» (subventionnées) et favoriser l’implantation sur le territoire de la commune du maximum possible de milieux d’accueils subventionnés ou reconnus par l’ONE ou Kind en Gezin.
  • Étendre les systèmes de haltes-garderies et de crèches avec places conventionnées pour les parents sans emploi qui suivent des formations.
  • Garantir la transparence de la liste d’attente pour les places dans les crèches de Saint-Gilles et une information beaucoup plus rapide et fiable quant à la possibilité d’obtenir une place.
  • Un quart des enfants de Saint-Gilles naissent dans un ménage sans revenu professionnel, un sur cinq dans une famille monoparentale. Il est essentiel que ces enfants puissent trouver une place dans une crèche accessible et liée aux revenus afin que leur parent ou les parents puissent avoir la chance de travailler.
  • Dans chaque nouveau projet de la commune et chaque contrat de quartier, il faut maximiser la création de places en crèche. Les quartiers les plus densément peuplés doivent avoir la priorité. La commune doit également promouvoir les initiatives bilingues, en français et en néerlandais.
  • Les jeunes parents doivent recevoir un maximum d’informations sur l’offre existante pour les tout-petits et les enfants d’âge préscolaire, notamment pour les modalités et délais d’inscriptions dans les écoles.
  • Tout comme pour les écoles, les enfants doivent bénéficier d’une alimentation saine, locale, de saison et bio avec un cahier des charges adapté. La future cuisine communale qui desservira les crèches communales de Saint-Gilles doit viser la labellisation «Goodfood» trois fourchettes de Bruxelles Environnement (cf. la partie du programme sur l’alimentation durable).
  • Promouvoir et soutenir des projets tels que Wheel of Care, dans lesquels une aide pré et postnatale est offerte aux parents de Saint-Gilles de manière écologique et accessible. Wheel of Care est le fruit d’une collaboration entre sages-femmes et infirmièr·e·s qui proposent des soins à domicile :http://wheelofcare.be/fr/.
  • Promouvoir la santé au sein des milieux d’accueil, en veillant à la qualité de l’air (peintures naturelles, produits d’entretien écologiques, …), avec la mise en place d’un plan d’éradication des perturbateurs endocriniens et des stratégies visant à réduire la production de déchets.
  • Soutenir et encourager la formation continue des puériculteurs et puéricultrices avec une attention également aux stéréotypes sexistes.

Des espaces publics «amis des enfants»

Une commune où les enfants jouent dans les rues, sont en sécurité sur le chemin de l’école et de leurs activités, se sentent bien, … est une commune où tout le monde se sent bien. Ecolo-Groen plaide pour un plan«commune amie des enfants» dès le début de la législature.

Nos propositions

  • Élaborer un cadastre des lieux qui peuvent être aménagés dans les espaces publics en vue d’une utilisation par les enfants (par exemple via des mini-aménagements ludiques).
  • Multiplier les espaces de jeu, notamment dans les quartiers denses : créer des plaines et des pocketparks, augmenter le potentiel ludique des espaces publics (en créant des aires de jeu sur des oreilles de trottoir, comme à Forest, ou dans des espaces inoccupés, en permettant le détournement du mobilier urbain, …), ouvrir (comme cela se fait à l’école communale 1/2 ) les cours de récréation des écoles durant le week-end et les vacances scolaires.
  • Intégrer les besoins des enfants dans le réaménagement des espaces publics, à travers des ateliers participatifs (marches exploratoires, séances de dessin, …).
  • Entretenir et sécuriser (barrière de fermeture) tous les espaces prévus de plaine de jeux.
  • Installer une fontaine d’eau accessible durant les mois d’été dans chacun des espaces publics de jeux.
  • Améliorer et sécuriser les cheminements à pied et à vélo vers les écoles mais aussi les lieux fréquentés par les enfants (espaces récréatifs, sportifs, culturels, …) par exemple avec un itinéraire balisé avec un fléchage de couleur facilement repérable et compréhensible.
  • Réduire le trafic automobile et créer des aménagements physiques pour les zones 30.
  • Mise en place de «rues réservées aux jeux», de zones 20, voire de zone à trafic interdit, du concept de «rue apaisée» sans circulation automobile (comme interdiction d’accès en voiture dans les rues avec école, au moment des entrées-sorties), cf. la partie du programme sur la mobilité.
Share This