Après la Cité des jeunes, la maison de jeunes “communale” de Saint-Gilles, la gestion à la petite semaine de l’Echevin Arhuil d’une autre de ses ASBL intimes, MCM, est mise en cause. Utilisation de montants issus de subventions sans justificatifs, ASBL domiciliée… au domicile de l’échevin et plus conforme depuis des années au niveau des obligations légales de base, transferts opaques entre ASBL…. Pour l’échevin de la Jeunesse, il n’y a là rien de problématique. Et pour Charles Picqué, Bourgmestre, la réponse principale, c’est “y a rien à voir, circulez… en faisant le moins de bruit possible” ! Tensions au Conseil communal de ce 28 mai.

Début mai nous dénoncions la gestion calamiteuse de la Maison des jeunes « La Cité des jeunes », largement aidée par la commune et dont l’échevin de la Jeunesse, Saïd Arhuil, est en grande partie responsable du naufrage. En nous penchant sur les comptes, nous avions remarqué quelques versements effectués de la maison des jeunes à une ASBL, Musique et culture du monde (MCM ASBL), entre 2012 et 2013 pour un total de 6.250 €. Versements jusqu’ici non justifiés et en l’absence de toute convention avec la Maison de jeunes.

IMG_5941Nous avons donc demandé à l’administration communale d’obtenir quelques documents concernant cette ASBL et les subsides versés à celle-ci par la commune. Il en ressort que l’ASBL MCM a reçu :

– 2000 € en 2012 pour la gestion des bacs à sable place Bethléem par les habitants durant l’été. Le court texte qui sert de justification nous apprend que les tâches effectuées par les habitants du quartier l’ont été sous régime de petites indemnités (RPI). Mais « malheureusement, l’exemplaire des prestations du contrat RPI… », la phrase reste incomplète et l’ASBL s’en tire avec une déclaration sur l’honneur… sans aucune trace de justificatif (on ne sait pas qui a reçu combien et pour quoi faire).

– En 2013, même activité, à nouveau 2000 € pour l’ASBL MCM, ici encore aucun justificatif n’a été rendu. La lettre envoyée par l’échevin de la Jeunesse pour l’octroi de subside stipule pourtant bien que le rapport d’activités et le décompte financier final relatifs au projet doivent être envoyés au plus tard pour le 28 février 2014 au service de la Jeunesse. Documents non remis.

– En 2013 encore, la liste officielle des subsides jeunesse fait mention d’un subside à MCM ASBL pour une journée d’échanges mères-adolescents, mais sans montant indiqué. Il s’agit de l’activité « Mum’s girl », qui est en réalité un voyage à Londres organisé pour 8 mamans et 8 adolescents durant les vacances de Toussaint 2013 avec à la clé un subside de 2000 € de la commune. Ici encore aucun justificatif, aucun rapport concernant ce voyage n’ont été communiqués. Par ailleurs, les documents complétés par l’ASBL MCM indiquent que le siège social de l’ASBL est situé à la rue Th. Verhaegen 150, ce qui n’est pas conforme au dernier acte officiel de l’ASBL qui stipule comme adresse 128, chaussée de Forest. Le siège d’activité est lui mentionné au 77 rue de Danemark, qui était celui à l’époque de la Maison des jeunes… Domicile de l’Echevin – Maison de jeunes – MCM… La confusion règne.

IMG_7911

Enfin, concernant la situation générale de l’ASBL. L’actuel échevin de la Jeunesse, Saïd Arhuil a été membre fondateur et président de MCM jusqu’en 2005, date à laquelle il démissionne, mais son frère domicilié à la même adresse que l’échevin en est toujours officiellement administrateur. Selon les derniers documents déposés en 2005 au Tribunal de commerce francophone compétent pour les petites ASBL, MCM a toujours son siège social à l’adresse du domicile de l’Echevin. Aucun compte n’a jamais été déposé depuis 2005, alors qu’il s’agit d’une obligation légale. L’ASBL n’est donc pas en ordre, mais obtient néanmoins des subsides communaux du service Jeunesse dont l’échevin responsable est… Saïd Arhuil. Certes les montants sont peu importants, mais la situation n’est pas sans poser questions…

Circulez, il n’y a rien à voir…

Nous avons donc interpellé le Collège lors du conseil communal de ce 28 mai afin de savoir qui se chargeait au sein de l’administration de vérifier la conformité des ASBL avant l’octroi de subsides. Comment il se faisait que cette ASBL recevait de manière récurrente des subsides communaux alors qu’aucun justificatif n’était rentré, qu’il n’existe manifestement pas de comptes déposés, aucun rapport d’activités rédigé, qu’elle contrevient au règlement d’octroi de subsides du service de la Jeunesse, que cette ASBL ne remplit pas les prescrits légaux et qu’aucun conseil d’administration ne se réunit. Silence radio de la part de l’échevin, tout au plus, « les montants sont trop peu importants que pour exiger des justificatifs »… A se demander pourquoi son service envoie des courriers pourtant les réclamant…

De manière plus générale, nous avons demandé au bourgmestre, de nous expliquer de quelles règles de bonne gouvernance la commune se dotait pour se prémunir d’un conflit d’intérêt potentiel ou avéré dans le chef d’un de ses échevins ou échevines. Ici encore silence éloquent de Charles Picqué. Mais sans doute monsieur Arhuil a-t-il manqué dans ce dossier, tout comme pour la gestion de la Maison des jeunes, de “vigilance”…

Share This